Christian Tinel, consultant en rémunération et motivation

Monsieur Tinel, expliquez-nous en quoi consiste votre activité

Notre cabinet accompagne les entreprises de toutes tailles dans la mise en œuvre de solutions innovantes et concrètes en matière de relations humaines. Notre objectif est de renforcer la performance globale en mettant en adéquation la stratégie globale avec les pratiques RH afin qu’elles contribuent efficacement à la réalisation des objectifs.

Nous intervenons essentiellement sur trois champs :

Celui des rémunérations, du développement des relations humaines et de l’audit et du diagnostic des pratiques RH.

Des rémunérations :

Celle de la force de vente, régulièrement les entreprises sont confrontées à cette question de la rémunération des commerciaux. Nous apportons des solutions innovantes avec un regard neuf et extérieur. La rémunération des équipes de direction est aussi un sujet d’actualité avec en fonction du contexte des stratégies très différentes.

Nous conduisons également des missions d’accompagnement dans la mise en place d’accord d’intéressement. Ce dispositif pourtant ancien est souvent très mal utilisé car méconnu. Les DRH privilégient les dispositifs individuels, inflationnistes, souvent sans liens avec les performances de l’entreprise, alors que la performance et toujours collective.

A qui s’adressent vos services et pour quels objectifs ?

Nous intervenons dans tous les secteurs d’activités et auprès d’entreprises de toutes tailles, de la TPE en passant par des clubs de foot professionnels, de grands groupes.

Votre expertise pointue est assez rare. Comment l’avez-vous façonnée ?

Il n’y avait pas d’offre pour les PME en 1998 lorsque j’ai créé mon cabinet, le métier de Compensation and bénéfice (en anglais) n’existait que dans les grands groupes internationaux. Il y a de véritables attentes dans les pme.

Quelles sont les principales difficultés rencontrées par les entreprises sur ces sujets ?

Elles sont multiples, la première est que le champ du possible n’est pas connu, les dirigeants pensent souvent qu’ils ont peu de choix, alors qu’ils en ont. Le second est l’absence de lien entre un choix et un objectif.

Par exemple les entreprises recherchent de plus en plus des dispositifs en liens avec les performances de l’entreprise et elles continuent à s’équipées en Tickets restaurant… qui deviennent aussi taux un acquis sans aucun lien avec la performance.

De quelle manière se déroule une mission type ? Assurez-vous un accompagnement dans le temps ?

Aujourd’hui 75% de nos missions se font sous forme d’abonnement avec un accompagnement car très peu de dirigeants ont une visibilité sur le moyen terme. De plus certaines évolutions du système de rémunération doivent se faire dans le temps.

Retrouvez Mr Tinel sur www.cr-m.fr