Françoise Mathiaux…ou comment ressourcer votre équipe !

Quel regard portez-vous sur votre parcours et votre métier aujourd’hui ?

Avant de créer Ressource et Vous en 2009, j’ai emprunté avec curiosité les chemins du salariat dans des sociétés de taille et d’activité différentes. Avoir pratiqué l’exercice (et c’en est un !) du management est une richesse que j’exploite tous les jours dans mon métier de coach, que ce soit dans les entreprises du secteur privé comme du secteur public.

Cette expérience me permet d’avoir une vision plus panoramique, plus nuancée, des contraintes et des enjeux de l’entreprise, des jeux de stratégie, de pouvoir qui se jouent à tous les niveaux de l’organisation.

Les entreprises sont de plus en plus confrontées au changement et souffrent du manque de motivation de leurs collaborateurs, y compris les cadres. Quelles sont vos méthodes pour développer la capacité d’adaptation d’une équipe ?

Même si effectivement le rythme des changements s’accélère, il me semble important de ne pas perdre de vue que l’homme, à travers son histoire, a toujours prouvé qu’il était capable d’évoluer pour s’adapter aux changements.

Bien sûr pour qu’il s’adapte, il doit être motivé pour le faire. La motivation peut être stimulée par des facteurs externes mais c’est avant tout un processus interne, individuel. Dans l’entreprise, il s’agit en premier lieu de redécouvrir l’homme derrière « l’étiquette »  équipe et de prendre en compte la dimension personnelle et changeante de sa motivation.

Il s’agit ensuite d’intégrer les conséquences de l’évolution des mentalités dans les rapports au travail. Les caractéristiques, mises en avant par les sociologues pour définir la génération Y, me semblent de moins en moins l’apanage de cette tranche d’âge. Aujourd’hui, toutes les générations qui se côtoient dans les organisations ont besoin, pour être motivées, d’aller au-delà de la simple exécution des décisions et d’en comprendre le « Pour Quoi ? », Cadres compris.

Sur le chemin de la motivation, l’entreprise obtient des résultats significatifs et durables quand les premières étapes de sa réflexion l’amènent à s’interroger sur ses pratiques managériales au plus haut niveau de sa gouvernance.

Quelle valeur aurait le plus besoin d’une promotion aujourd’hui dans l’entreprise et pour quelles raisons ?

Comme vous me demandez de faire un choix et ce n’est pas facile par les temps qui courent… je dirai la « Confiance ». Non pour la placarder dans les couloirs (méthode contreproductive si la valeur n’est pas incarnée) mais pour que chacun dans l’entreprise, quelle que soit la fonction qu’il occupe, s’interroge sur les messages qu’il véhicule à travers ses actions et ses comportements, à travers la qualité de sa communication et de son relationnel, pour à la fois vivre sa mission en confiance et pour inspirer confiance.

Vous avez longtemps travaillé pour le leader mondial du recrutement. Quelles mutations actuelles rencontrez-vous sur ce sujet chez vos clients ?

Les mutations dans le recrutement sont visibles sur le plan technologique avec la part croissante d’Internet (où entreprise et salarié sont acteurs) mais elles le sont aussi dans les mentalités, même si leur expression demeure encore confidentielle.

Ainsi, il n’est pas rare que des managers ou des dirigeants me livrent (même si à l’origine notre rencontre est destinée à l’un de leurs collaborateurs…), leur envie de donner une nouvelle orientation à leur parcours professionnel.

L’ambition de ces projets n’est pas de truster un nouveau bâton de maréchal dans une autre expérience. C’est soit un « reset » complet en changeant de métier et de secteur d’activité, soit les porteurs de ces projets, plus ou moins aboutis, cherchent à exploiter leurs compétences dans un cadre contractuel, et donc relationnel, différent (freelance, auto-entrepreneur, portage…).

Parlez-nous d’une mission dont vous êtes particulièrement fière 

Là cette fois, je ne céderai pas à la pression, je ne ferai pas de choix car toutes les expériences que j’ai vécues jusqu’à ce jour dans mon métier de coach ont été de riches rencontres humaines.

Comment choisir entre le soutien apporté à un cadre victime de harcèlement moral et sa reconstruction ? Comment choisir entre l’accompagnement d’une famille dans la transmission à la 2ème génération de son groupe industriel et la médiation entre les membres d’un service hanté par des tensions interpersonnelles ? Comment choisir entre le coaching d’un jeune responsable d’atelier promu hiérarchique de ses ex-collègues et le coaching d’un Codir redessinant ses pratiques de gouvernance et de pilotage pour améliorer le climat social de l’entreprise ?

Choisir c’est renoncer, alors je ne choisirai pas pour ne pas renoncer à ceux qui me font confiance…

Quelle force reconnaissez-vous à l’humour; que vous utilisez allègrement ; pour communiquer dans le contexte professionnel ?

J’utilise l’humour comme Monsieur Jourdain faisait de la prose car c’est avant tout un plaisir, c’est aussi il est vrai un joli couteau suisse… 
L’humour, nous l’avons tous expérimenté, permet de relativiser, de dédramatiser des situations tendues. Quand il se veut impertinent, l’humour fissure le costume dans lequel se drapent certains clients (si je me contente de l’image qu’ils veulent bien me donner quand le questionnement commence à les titiller, nous risquons de faire ensemble fausse route).  Mais surtout, en provoquant le rire ou le sourire, l’humour tisse un trait d’union, une complicité chaleureuse entre nous.

www.ressource-et-vous.com